FR | EN

2010
Marine Well : pour le bien des océans

Avec Christopher Miller,
directeur associé au sein de la practice Stratégie de transformation de Capgemini Consulting aux Etats-Unis

Lire l'histoire

Marine Well : pour le bien des océans

Une plateforme pétrolière, une sorte de petite île montée sur pilotis, reposant sur un immense stock de produit hautement inflammable... Suite à un tragique accident en 2010 dans le Golfe du Mexique, les majors pétrolières sont sommées de créer dans l’urgence une entreprise dédiée à la sécurité des forages en mer : un challenge audacieux que Capgemini Consulting parvient à relever en l'espace de quelques semaines seulement.

25 à 50 millions de dollars
Les pertes quotidiennes du secteur pétrolier dans le Golfe du Mexique entre avril et octobre 2010

Une situation d’urgence absolue

L’affaire, à l’époque, fait la une de tous les médias du monde : le 20 avril 2010, une plate-forme pétrolière appartenant au groupe BP explose dans le Golfe du Mexique, tuant 11 personnes et provoquant une gigantesque marée noire. Au mois de juillet, les autorités américaines instaurent un moratoire sur les forages dans le Golfe jusqu’à ce que les 10 pétroliers présents sur la zone – BP, Shell, Statoil, BHP Billiton, Chevron, CobocoPhilips, Hess, Anadarko, Apache et Chevron – se soient dotés d’un plan d’intervention pour pouvoir gérer une nouvelle catastrophe.

« Marine Well fut un projet extrêmement stimulant, pour nous comme pour nos clients pétroliers. Les autorités et l’ensemble du secteur avaient les yeux fixés sur nous pour voir comment nous relèverions le défi. » Christopher Miller

Les industriels décident donc de créer une société commune pour développer des technologies de confinement du pétrole en cas de marée noire : Marine Well Containment. Reste désormais le plus difficile : mettre la nouvelle société sur les rails. Et il y a urgence ! Depuis le moratoire sur les forages, le secteur perd chaque jour entre 25 et 50 millions de dollars. Marine Well Containment doit donc être organisée sans délais et de façon à être immédiatement opérationnelle.

90 jours
Le temps qu’il faut aux équipes de Capgemini Consulting pour créer de toutes pièces une entreprise regroupant les principaux pétroliers mondiaux

« Un gigantesque défi… »

Capgemini est appelé à la rescousse. Le groupe connaît parfaitement le secteur. « Par la division CapGemini Oil & Gas, nous avions des contacts réguliers avec les grands du secteur comme ExxonMobil ou ConocoPhillips. Ils connaissaient notre approche et notre façon de travailler », raconte aujourd’hui Christopher Miller, à l’époque vice-président Stratégie Transformation de CapGemini Consulting USA. Le pôle consulting du groupe est également réputé pour sa capacité à créer de toutes pièces une activité nouvelle et la lancer dans des délais très courts. Et c’est bien ce que les 10 pétroliers réunis au sein de Marine Well demandent ! « Compte tenu de la situation, nous nous sommes engagés à écrire le business plan de la société, recruter les équipes, mettre en place un premier budget, faire apport des actifs de la société, construire le système informatique, acheter les ordinateurs, trouver des locaux et même réaliser les cartes de visite dans un délais maximum de trois mois ! C’était du jamais vu. Le défi était gigantesque », poursuit Christopher Miller. Chez les pétroliers, cette annonce est accueillie avec un certain scepticisme.

« Marine Well a mobilisé en même temps toutes nos compétences : finances, vente, logistique, achats, ressources humaines, technologies de l’information… À cette échelle, c’est très rare » Christopher Miller

Et 90 jours plus tard…

25 consultants sont mobilisés à plein temps sur ce projet hors norme à partir de juillet 2010. Avec une difficulté majeure : « Pour chaque décision, il fallait mettre d’accord les dix groupes pétroliers parties-prenantes dans le projet. Il nous fallait avancer avec beaucoup de doigté », se souvient encore Christopher Miller. La mise en place d’une architecture informatique capable de gérer tout à la fois les achats, les facturations, les opérations de maintenance, les aspects logistiques et la gestion quotidienne de la future entreprise se révèle également très délicate.

2 milliards de dollars
La valeur des actifs de Marine Well le jour de sa constitution

C’est finalement une solution SAP qui est proposée chez Marine Well. Quant aux délais, ils sont tenus avec une rigueur toute militaire : il faut 10 jours aux équipes de Capgemini Consulting pour trouver des locaux à Houston, 30 pour recruter les premiers collaborateurs et constituer une équipe de direction, 90 enfin pour concevoir et déployer la solution informatique. Nous sommes alors au début du mois d’octobre 2010 et Marine Well est en mesure de démarrer ses opérations. Elle sera absolument opérationnelle trois mois plus tard, en janvier 2010. Mais dès le 12 octobre 2010, le moratoire sur les forages pétroliers a été officiellement levé par l’Administration américaine…

« Nous avions dit à nos clients : la société peut être lancée en 3 mois et être totalement opérationnelle en 6. Ils n’y croyaient pas. Nous y sommes arrivés ! » Christopher Miller
Fichier 1

Thanks to rotate your device.